Zoom sur les microbes

La péniciline, une biotechnologie de première génération

Penicillium notatumAgrandissementAgrandissement (83Ko)
© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.

Une moisissure guérisseuse
Comme il arrive souvent en science, le hasard fut à la base d’une découverte révolutionnaire, celle de la pénicilline. Les circonstances de sa découverte n’enlèvent toutefois rien à l’importance de la pénicilline en médecine. Plusieurs maladies qui étaient mortelles auparavant ne sont plus aujourd’hui que des infections facilement traitables. Nous devons toutefois être vigilants car les microbes responsables de ces maladies n’ont pas dit leur dernier mot.

Ce hasard qui fait si bien les choses
Nous sommes en Angleterre en 1927. En arrivant un matin à son laboratoire, le microbiologiste Alexander Fleming s’aperçoit que plusieurs des colonies bactériennes qu’il étudiait sont mortes. Découragé, Fleming décide, à tout hasard, d’examiner les bactéries mortes avant de s’en débarrasser. Il remarque alors que les colonies de bactéries ont été contaminées par un champignon nommé Penicillium. Il conclut donc que le champignon produit une substance toxique pour les bactéries. Il baptise cette substance « pénicilline ».

Comment produire des quantités industrielles de pénicilline?
À la suite de la découverte d’Alexander Fleming, la demande de pénicilline grandit rapidement, notamment à cause de la Deuxième Guerre mondiale où des milliers de soldats meurent d’infections bactériennes. On mit donc au point des techniques de production de pénicilline à grande échelle qui n’ont cessé de se perfectionner depuis lors. Des études très poussées sur Penicillium ont permis d’identifier les conditions idéales pour que le champignon produise des quantités maximales de pénicilline. Aujourd’hui, la pénicilline est ainsi produite dans d’énormes réservoirs.

Mais elles sont coriaces, ces bactéries!
Avec l’utilisation de plus en plus importante de la pénicilline, certaines bactéries ont développé des mécanismes de résistance. Plusieurs d’entre elles sont aujourd’hui capables de bloquer l’action de la pénicilline ainsi que celle de plusieurs autres antibiotiques. De plus, cette résistance peut se transmettre entre bactéries et à leurs générations futures! Afin de limiter l’apparition de ces bactéries résistantes, notre usage de la pénicilline comme des autres antibiotiques doit aujourd’hui se faire avec réserve.