Zoom sur les microbes

L'ADN, l'ARN, les protéines… c'est quoi au juste?

Gel d'agaroseAgrandissementAgrandissement (109Ko)
© Nicole Catellier, Cinémanima inc.
Tableau du code génétiqueAgrandissementAgrandissement (147Ko)
© Musée Armand-Frappier

L’ADN, c’est l’abréviation d’acide désoxyribonucléique.

L’ADN est cette constituante spécifique et essentielle à chaque être vivant de la Terre. On s’est également aperçu que chez tous et chacun, des insectes aux plantes comme des bactéries aux humains, elle était construite de la même façon. Cette présence commune de l'ADN chez l’ensemble des organismes vivants offre un très bon fondement à la théorie d’un ancêtre commun aux origines de la diversité de la vie sur Terre.

L'ADN, c’est un peu comme un livre d'instructions qui indiquerait la façon de construire un être vivant. Les sous-parties d'ADN, les gènes, déterminent donc nos caractéristiques spécifiques comme la couleur de nos yeux, la longueur de notre nez et ainsi de suite.

Toutefois, si les gènes donnent les directives, les ouvriers de la réalisation d’un être vivant, ce sont les protéines. Les protéines sont des molécules complexes composées de plusieurs sous-unités appelées acides aminés. Le nombre et l’ordre d’assemblage de ces acides aminés sont propres à chaque protéine ; ils sont également déterminés par les instructions de l’ADN.

Lorsqu'on parle d'ADN, la première image qui vient à l'esprit est celle de deux serpents entortillés et reliés entre eux par une série de lignes ou bien celle d’une longue chaîne de boules colorées. Les serpents, ce sont en fait les deux chaînes de nucléotides qui constituent l’ADN et les lignes entre les deux, de véritables liens, chimiques ceux-là. Les nucléotides sont toujours constitués de trois parties, soit un sucre (S), un groupement phosphate (P) et une base (B). Seule les bases peuvent différencier les nucléotides les uns des autres car les deux autres éléments, le sucre comme le groupement phosphate, sont identiques chez l’ensemble des nucléotides. Il existe quatre bases différentes, souvent associées aux lettres A, T, C et G.

Pour former une chaîne, les nucléotides s'attachent entre eux à l'aide des sucres et des groupements phosphates. Pour relier deux chaînes, les bases s'attachent ensemble. Le A s'attache toujours avec le T et le C toujours avec le G. Lorsque finalement les chaînes de nucléotides sont assez longues, l'ADN commence à se replier sur lui-même et acquiert la forme serpentine qu'on lui connaît.

ARN, l’intermédiaire entre l'ADN et les protéines

L'ARN est une molécule qui ressemble beaucoup à l'ADN, tant par sa structure que par son nom (acide ribonucléique). Il sert de base à la formation de protéines chez l’ensemble des êtres vivants. Fabriquée sur le modèle de l'ADN, la molécule d’ARN agit comme intermédiaire entre l’ADN et les protéines.

La première étape pour obtenir une protéine est la transformation de l'ADN en ARN. On pourrait comparer cette transformation à la traduction d'un texte d'une langue à une autre.

Trois différences structurales distinguent l'ADN de l'ARN. Elles sont décrites dans le tableau suivant :

Caractéristiques ADN ARN
Nom du sucre utilisé Désoxyribose
(pour le « D » de ADN)
Ribose
(pour le « R » de ARN)
Noms des quatre bases utilisées A (adénine) A (adénine)
T (thymine) U (uracile)
C (cytosine) C (cytosine)
G (guanine) G (guanine)
Nombre de chaînes 2 1