Laboratoire de recherche

Instruments de visualisation

La microscopie, pour voir l’invisible à l'œil nu!

Grâce au microscope optique, il devient possible d'observer ce que l'on ne peut voir à l'œil nu – par exemple, les micro-organismes qui sont 100 à 1000 fois plus petits qu'un millimètre, comme les cellules animales, végétales et bactériennes. Le microscope électronique permet de voir des micro-organismes encore plus petits, comme les virus, qu’on ne peut pas observer avec un microscope optique, par exemple. Aujourd’hui, il est même possible d’observer des macromolécules.

Découvrez différents types de microscopes qui ont été fabriqués pour répondre aux nombreux besoins des chercheurs.

Microscope optiqueAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope optique

Le microscope est un instrument d'optique qui donne une image agrandie des micro-organismes étalés sur une lame de verre déposée sur un plateau rectangulaire, ou platine. Grâce aux trois objectifs de grossissement placés juste au-dessus de la platine et à une source lumineuse éclairant par-dessous, l'observateur voit les micro-organismes en plaçant un œil vis-à-vis l'oculaire. Les objectifs et l'oculaire sont composés de lentilles de verre grossissant. Le modèle présenté sur la photo, de marque Bausch and Lomb, nécessite l'emploi d'une source lumineuse externe, une lampe, dont le faisceau est dirigé sur le miroir doté d'un angle ajustable. Il était utilisé à l'Institut de microbiologie et d'hygiène de l'Université de Montréal.

Microscope optiqueAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope optique

Dans ce modèle, la source lumineuse est intégrée à l’appareil.

Microscope inverséAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope inversé

La particularité de ce microscope optique est que la position de ses composantes est inversée par rapport aux microscopes conventionnels. L'ampoule qui éclaire l'échantillon à observer est placée dans la partie cylindrique du haut et les objectifs sont placés sous l'échantillon déposé sur le plateau circulaire. Un tel système sert à l'observation des cellules organisées en tissu. Par exemple, des cellules comme celle de la peau peuvent se développer dans un flacon rempli de liquide nutritif en adhérant à sa paroi. À l'aide de ce microscope, il est possible d'observer la croissance du tissu à travers la paroi du flacon. Ce modèle est branché à un transformateur qui alimente l'ampoule électrique.

Microscope à microphotographieAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope à microphotographie

Ce microscope, utilisé à partir de 1967 à l'Institut de microbiologie et d'hygiène, a la particularité d'être équipé d'un appareil qui permet de photographier directement le résultat de l'observation microscopique. La partie supérieure grise du microscope comprend une cassette pour installer un film. Appelée microphotographie, cette pratique remonte à l'invention du procédé photographique et a été utilisé ainsi jusqu'aux années 1990. Depuis, les scientifiques se servent plutôt de caméras et de la technologie numériques afin de reproduire leurs observations au microscope.

Microscope à microcinématographieAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope à microcinématographie

Le microscope inversé de marque Nikon que l'on voit sur la photo est équipé d'une ciné-caméra 16 mm fixée à la droite de la base. Il est également possible d'y installer un appareil photo. Ainsi équipé, le microscope servait à faire de la microphotographie et de la microcinématographie du matériel biologique observé. Le film obtenu pouvait alors être projeté et utilisé pour l'enseignement, ou pour revoir certains phénomènes en accéléré ou au ralenti afin de les analyser avec une autre perspective. L'exploitation de la cinématographie en sciences biologiques remonte au début des années 1900. En 1908, la compagnie française Pathé embaucha le docteur Jean Comandon, pionnier du microcinéma scientifique. L'utilisation du film 16 mm passa dans la pratique courante à partir de 1945.

Microscope électroniqueAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Microscope électronique

Le microscope électronique utilise un faisceau d'électrons contrôlé par un système de champs magnétiques.

Avec le microscope électronique de l’INRS-Institut Armand-Frappier, il est possible d’obtenir un grossissement jusqu'à 600 000 X sur l'écran principal, mais avec une caméra de télévision, on peut atteindre 12 000 000 X. Par ailleurs, plus la colonne est haute, plus les grossissements peuvent être élevés. Avec les supermicroscopes, on peut voir des macromolécules.

Selon les distances focales choisies, on obtient des grossissements entre 1 000 et 600 000 X et même plus avec les microscopes de haut rendement. On peut grossir encore l’image (8-10 X) avec la lunette d’approche ou la caméra de télévision (20 X).