Les enquêtes épidémiologiques et le cancer

Facteurs environnementaux et cancer de la prostateAgrandissementAgrandissement
© Joanna Prime

Article publié dans le Courrier Laval le 24 novembre 2006.

Des facteurs environnementaux semblent en cause dans le développement du cancer de la prostate mais lesquels ? C'est ce que tente de découvrir la Dre Marie-Élise Parent de l'INRS-Institut Armand Frappier. Avec son équipe, elle a mis sur pied une vaste étude visant à identifier les causes environnementales de cette maladie. Les détectives épidémiologistes mènent l'enquête.

En tête-à-tête, l'enquêteur recueille des indices auprès du patient. « Avez-vous déjà bu du café ou du thé au moins une fois par mois pendant au moins 1 an ? Comment décririez-vous votre niveau d'activité physique au cours de votre vie adulte au travail, dans vos loisirs et à la maison ? Quelles sont vos habitudes sexuelles ? ». D'autres questions portant sur le poids au cours de la vie, la consommation d'alcool et de tabac ainsi que les expositions professionnelles aux produits chimiques couvrent un large éventail de responsables éventuels. Puis, l'enquêteur récolte des échantillons de cheveux et d'ongles pour quantifier le taux de métaux lourds tels que le plomb, cadmium et sélénium auxquels l'homme a été exposé. Il prélève un peu de salive et de cellules de la bouche afin d'identifier des facteurs génétiques susceptibles de jouer un rôle dans le développement du cancer.

Ces renseignements confidentiels seront recueillis auprès de 1500 patients atteints du cancer de la prostate, dans tous les hôpitaux du Montréal métropolitain. Un groupe témoin d'hommes non atteints par le cancer de la prostate servira de référence. L'analyse statistique de ces données anonymes mettra en évidence le risque de développer un cancer de la prostate en fonction de ces facteurs environnementaux. Ce type d'étude, que l'on appelle cas-témoin, permettra aux chercheurs d'obtenir les premiers résultats dans environ 5 ans.

Le cancer de la prostate fait 17 000 victimes chaque année au Canada. « Le but est d'identifier les facteurs qui pourraient prévenir le cancer de la prostate » explique Dre Parent. L'âge, l'histoire familiale et l'appartenance ethnique sont reconnus pour augmenter le risque de ce cancer chez l'homme. Mais on ne peut modifier ces données. Les expositions aux produits chimiques au travail ou le mode de vie sont autant de facteurs sur lesquels on peut agir. Armons-nous de connaissances pour combattre le cancer de la prostate.