Prévenir la formation de métastases : sur la piste d'un vaccin

Prévention d'un cancer par un vaccinAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Article publié dans le Courrier Laval le 26 février 2006.

Santé Canada estime qu'en 2005, 149 000 nouveaux cas de cancer et 69 500 décès dus à cette maladie ont été enregistrés au pays. Mais quelle est donc cette maladie dont seule l'évocation fait frémir ?

Notons d'abord que les cancers sont caractérisés par l'apparition de cellules anormales ayant acquis la propriété de se diviser de façon importante et anarchique. Lorsque le système immunitaire n'arrive pas à identifier et à détruire une cellule cancéreuse nouvellement formée, cette dernière se multiplie et les cellules qu'elle engendre forment une tumeur primaire. À ce stade, la tumeur est généralement bénigne et peut être traitée de façon efficace dans une très grande majorité des cas en faisant appel, par exemple, à la chirurgie et à la radiothérapie.

Si la tumeur n'est pas traitée à temps, les cellules cancéreuses poursuivent leur croissance désordonnée. Elles peuvent alors entraîner la formation de vaisseaux sanguins, acquérir la capacité de se détacher de la tumeur primaire, pénétrer dans le système sanguin, et ainsi migrer vers d'autres organes éloignés afin d'y établir des tumeurs secondaires (métastases).

En 2005, le Dr Yves St-Pierre et son équipe, au centre de recherche universitaire lavallois de l'INRS-Institut Armand-Frappier, ont publié les résultats de plusieurs années de recherche concernant la découverte d'une protéine impliquée dans la formation des métastases. Cette protéine, galectine 7, normalement produite par les cellules de la peau lors de l'exposition aux rayons ultra-violets, est fortement produite par les cellules cancéreuses et accélère leur propagation.

On tente présentement d'établir comment la détection de la production de cette protéine par les cellules cancéreuses pourrait permettre d'établir des pronostics plus précis et de développer de nouveaux traitements pour contrer le développement des métastases. À long terme, on entrevoit la possibilité d'élaborer un vaccin qui stimulerait le système immunitaire pour reconnaître et éliminer de façon spécifique les cellules cancéreuses exprimant la galectine-7. Un autre type de vaccin, constitué d'une séquence d'acide nucléique (appelé ARNm antisens), pourrait également être envisagé pour bloquer la production de la galectine-7 par les cellules cancéreuses.

Beaucoup de recherches sont donc encore nécessaires pour rendre applicable la récente découverte du rôle de la galectine-7 dans le développement du cancer. C'est ce à quoi le Dr St-Pierre et des chercheurs des quatre coins de la planète consacrent leurs efforts.

Cet article a été réalisé avec la collaboration du Dr Yves St-Pierre, professeur-chercheur à l'INRS-Institut Armand-Frappier.