Des intrus dans ma boîte à lunch ?

Article rédigé par Martine Isabelle et publié dans L'Écho de Laval, le 19 août 2010.

Toutes les boîtes à lunch, qu'elles soient d'une propreté méticuleuse ou douteuse, abritent des locataires communs : des micro-organismes! Je vous invite à faire connaissance avec ces intrus invisibles à l’œil nu qui peuvent parfois nuire à votre santé et à celle de vos enfants.

Comment les micro-organismes parviennent-ils à se frayer un chemin jusque dans votre boîte à lunch? C’est bien simple, ces derniers sont omniprésents dans l’environnement, que ce soit dans l’eau, le sol ou dans l’air. Il est donc tout naturel de les rencontrer sur les fruits et légumes, de même que sur la viande et autres aliments. Bien que la vaste majorité de ces minuscules êtres soit inoffensive, certains peuvent causer des toxi-infections alimentaires. Celles-ci se manifestent notamment par des crampes abdominales, de la diarrhée, des nausées, des vomissements, de la fièvre et des maux de tête. Bref, rien d’amusant! Comme le rapporte Mme Danielle Ramsay, coordonnatrice provinciale aux toxi-infections alimentaires pour le MAPAQ : « Selon les années, entre 2000 et 5000 personnes sont rapportés au MAPAQ comme ayant été victimes de toxi-infections alimentaires au Québec. Toutefois, comme le rapporte la littérature, moins de 5% des cas de maladies d’origine alimentaire seraient signalés aux organismes de contrôle. Donc, les chiffres disponibles ne reflètent pas la réalité, mais bien seulement la pointe de l’iceberg ».

Les micro-organismes responsables des toxi-infections alimentaires sont généralement des bactéries. Il en existe plusieurs espèces, dont deux qui ont bien souvent fait les manchettes. C’est le cas notamment d’Escherichia coli O157:H7, responsable de la maladie du hamburger et qui rappelle l’importance de bien faire cuire les aliments. Pensons également à Listeria monocytogenes, la bactérie à l’origine de la crise qu’ont connue les industries du fromage et des produits transformés au Québec en 2008.

Heureusement, chacun peut, à la maison, mettre en place des mesures simples permettant de tenir à distance ces bestioles microscopiques des aliments dans les boîtes à lunch.