Se débarrasser des allergies alimentaires

Toutes confondues, les allergies alimentaires touchent directement de 2 à 4 % de la population, mais influencent le contenu de la boîte à lunch de 100 % des élèves d’une école fréquentée par un jeune atteint. Une lueur d’espoir brille pour les parents inquiets pour leur enfant allergique et pour ceux qui ne savent plus quoi offrir en collation à leurs enfants : des traitements pour éliminer les allergies alimentaires pourraient voir le jour d’ici quelques années.

Appelé immunothérapie, le traitement de désensibilisation à un allergène existe depuis plusieurs années pour guérir les personnes victimes d’allergies respiratoires ou d’allergies causées par du venin d’insecte. « Le traitement consiste à exposer le patient à des doses minimes de l’agent allergène, soit par injections ou sous la langue, puis à augmenter graduellement la dose de sorte que le système immunitaire de l’individu allergique s’y habitue jusqu’à le tolérer normalement », explique Assia Hassaine, allergologue-immunologue pratiquant au CSSS Champlain-Charles-Le Moyne et en bureau à Montréal. Ce traitement est efficace à 98 % pour le venin d’insectes alors que 60 à 80 % des gens allergiques aux pollens qui reçoivent le traitement observent une amélioration de leur condition.

L’immunothérapie par voie orale pour les allergies alimentaires n’est pas encore à point, mais de nombreux laboratoires dans le monde étudient très activement cette méthode de désensibilisation actuellement. On espère voir apparaitre d’abord des traitements contre les allergènes les plus fréquemment problématiques. Pour l’instant, la nature fastidieuse et coûteuse de la démarche est un obstacle substantiel à une application en pratique clinique.

Au Canada, les réactions allergiques alimentaires sont causées principalement par les neuf aliments suivants : les arachides, le blé, les fruits de mer (poissons, crustacés et mollusques), les graines de sésame, les kiwis, le lait, les noix, les œufs et le soya. On suppose que ces aliments sont dotés d’une structure de protéines qui réagit plus facilement avec le système immunitaire. « Si le nombre de cas d’allergies alimentaires augmente d’année en année, c’est possiblement dû à l’industrialisation des techniques alimentaires où les procédés de fabrication contribuent à rendre les aliments plus allergéniques », avance la docteur Hassaine.

Nombreux seront les parents à applaudir l’arrivée de l’immunothérapie pour les allergies alimentaires, lorsque les recherches parviendront à simplifier la technique et à en réduire les coûts. Grâce à ce traitement, la liste des ingrédients proscrits dans la boîte à lunch ne disparaîtra pas complètement, mais subira une cure minceur assurément!

Par Julie Potvin-Barakatt, M.Sc.