Déjoue le sinistre O'Djavel

Laboratoire d'O'Djavel

Alvir

Au SECOUUUUUUUUUUUURS! Le professeur O'Djavel est devenu fou! Il est obsédé par l’hygiène et il pense que la malpropreté est la cause de l’existence de tous les microbes! Il veut que je termine son invention: une machine qui détruira TOUS les microbes, qui vivent sur la Terre!!!



O'Djavel

C'est pour cette raison qu'il m'a enfermée dans cette cage. Pour être libérée, je dois convaincre le professeur O’Djavel que son souhait est mortel pour TOUS les êtres vivants, car sa machine ne tuera pas seulement les microbes… Je dois faire vite et n'y arriverai jamais si je reste coincée ici. Il faudrait que je puisse lui fournir des preuves que les microbes sont très importants pour nous, pas seulement nuisibles!!! Ah, si seulement je pouvais avoir accès aux dossiers qui sont dans mon bureau et à mes expériences de laboratoire... En cherchant bien, je trouverais certainement des preuves ailleurs aussi....



Consignes

Pour jouer, choisis d'abord une hypothèse. Ensuite, pars à la recherche d'indices qui te permettront de prouver que ton hypothèse est vraie. Si tu réussis, tu libéreras Alvir. Tu peux visiter trois lieux pour trouver des indices : le bureau d'Alvir, le laboratoire d'Alvir ainsi que la cuisinette. Pour t'aider à accumuler des indices, des questions te sont posées. Les réponses aux questions sont autant d'indices! Fais vite, Alvir a besoin de toi!



Choix d'hypothèses

Qu'arriverait-il si on détruisait tous les microbes qui vivent sur la Terre? Choisis une hypothèse. A) « On détruirait toute forme de vie sur la Terre ». B) « On ne serait plus jamais malade ». Appuie maintenant ton hypothèse avec des indices trouvés dans les différentes pièces. Bonne chance!





Laboratoire d'Alvir

Aquarium

Aquarium

Certains microbes qui vivent dans l’eau sont appelés des «décomposeurs utiles» parce qu’ils décomposent en très petits morceaux - ou digèrent, si tu préfères - les poissons et les insectes morts, les algues et les plantes aquatiques mortes, les engrais, les déchets et les polluants. Ces petits morceaux, l'azote par exemple, peuvent ensuite être utilisés par les plantes comme source de nourriture. Ainsi, les microbes nettoient l’eau tout en mangeant! Ils sont à la base de la chaîne alimentaire aquatique parce qu'ils servent de nourriture aux poissons.



AlgueAgrandissementAgrandissement
© Éric Déziel, INRS-Institut Armand-Frappier

Jardinière

Jardinière

Certains microbes qui vivent dans le sol sont appelés des « micro-recycleurs » parce qu’ils décomposent en très petits morceaux - ou digèrent, si tu préfères - les animaux, oiseaux et insectes morts, les engrais, les déchets et les polluants. Ces petits morceaux, l'azote par exemple, peuvent alors être utilisés par les plantes comme source de nourriture. Les microbes nettoient la terre tout en faisant du recyclage! Ils sont à la base de la chaîne alimentaire terrestre, car les plantes servent à leur tour de nourriture aux animaux et aux êtres humains.



GerminationAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier
Racines de légumineusesAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier
Cycles de l’azote et du carboneAgrandissementAgrandissement (86Ko)
© Musée Armand-Frappier

Les microbes du sol jouent un rôle important dans le maintien de la vie sur la Terre parce qu'ils recyclent l'azote (N) et le carbone (C). Ces deux composés existent dans l'air, sous forme de gaz. Ils existent aussi dans tous les êtres vivants, animaux et plantes. Ils servent, entre autres, à fabriquer les protéines. Il y a des protéines dans la salive, le sang, les muscles, dans les plantes, les insectes, les poissons, etc. Pour attraper l'azote et le carbone gazeux de l'air et recycler ceux des êtres vivants qui meurent, les plantes, les animaux et plusieurs sortes de microbes travaillent ensembles, les transforment et les rendent accessibles aux êtres vivants de nouveau. C'est ce qu'on appelle les cycles élémentaires, illustrés par le schéma.



Éprouvettes remplies de sol contaminé

Éprouvettes remplies de sol contaminé

Miam miam! Pour certains microbes qui vivent dans le sol, les résidus de pétrole, comme l'essence, sont de la nourriture. L'utilisation des microbes pour nettoyer les sols s'appelle la « biorestauration ».

Les polluants d'origine pétrolière peuvent représenter un danger pour la santé si on les respire ou les avale. S'ils sont déversés dans l'environnement, ils causent une pollution qu'on doit éliminer pour éviter que ces produits se déplacent vers un cours d'eau, par exemple. Les microbes du sol sont alors appelés à la rescousse pour digérer les polluants. Les sols sont empilés sous une grande toile noire, puis aérés et les microbes mangent les polluants, tout simplement! La bactérie Pseudomonas aeruginosa est un exemple de microbe mangeur de pétrole. Avec le temps le sol redeviendra propre.



PrélèvementAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima
BiopileAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima
Pseudomonas aeruginosaAgrandissementAgrandissement
© Richard Villemur, INRS-Institut Armand-Frappier

Microscope

Microscope

Aussi diversifiés que les animaux que nous connaissons, les microbes sont regroupés en cinq familles :

1) virus,

2) bactéries,

3) champignons (moisissures et levures),

4) algues

5) et protozoaires.

Les virus ont besoin d'un autre être vivant pour se reproduire. Certains nous rendent malades, comme celui de la grippe.

Certaines bactéries sont très utiles, comme les lactobacilles, qui fabriquent le yogourt.

Certaines levures, comme Saccharomyces cerevisiae, et moisissures, comme Penicillium roqueforti, servent à fabriquer le pain et le fromage.

Enfin, les algues, comme Pyrocystis Lunula et les protozoaires de l’eau, comme Giardia lamblia, sont d'excellents micro-recycleurs !

On ne peut pas voir les microbes à l'oeil nu. On utilise un microscope pour le faire et on peut ainsi lesphotographier.



Virus InfluenzaAgrandissementAgrandissement
© Robert Alain, SME, INRS-Institut Armand-Frappier
Lactobacilles sur un filtre.AgrandissementAgrandissement
© Miloslav Kalab, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa
Saccharomyces cerevisiaeAgrandissementAgrandissement
© Lallemand

Penicillium roquefortiAgrandissementAgrandissement
© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.
Giardia lambliaAgrandissementAgrandissement
© Joel Mancuso
Pyrocystis lunulaAgrandissementAgrandissement
© David Morse, Université de Montréal

Plat de Pétri

Plat de petri

Une façon d'observer des microbes vivants est de les mettre sur une gélose. Cette gelée solide, comme du Jell-O®, est placée dans une assiette avec un couvercle, appelée « plat de Pétri ». La gélose fournit aux microbes la nourriture dont ils ont besoin. On peut y mettre du sucre et même de l'essence! Elle changera parfois de couleur selon ce qu'elle contient. Avec la bonne nourriture, les microbes se reproduisent très rapidement s'ils sont à la bonne température. Certains microbes aiment la chaleur, d'autres le froid. Après 24 à 48 heures, on voit apparaître des colonies sur la surface de la gelée. Les colonies sont souvent des cercles dont la forme, l'odeur, la couleur et la texture caractérisent un microbe en particulier.



Plats de pétriAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Bécher de glace

éBcher de glace

Les microbes vivent partout! Toutes sortes de cellules, dont des algues, des diatomées et des bactéries, colonisent les mers glacées de l'Arctique et de l'Antarctique. Polaromonas vacuolata est un exemple de bactérie qui vit à 4 °C, soit la température à l'intérieur d'un réfrigérateur. À 12 °C, elle trouve déjà qu'il fait trop chaud et elle meurt. Ces bactéries vivant au froid sont d’un grand intérêt pour les fabricants de détergents pour la lessive, par exemple. Pourquoi? Parce qu'elles produisent des substances, les enzymes, qui nettoient mieux à l'eau froide. On économise ainsi l'énergie en faisant travailler les microbes!



Polaromonas vacuolataAgrandissementAgrandissement
© Roar Irgens, John Gosink and James T. Staley

Bécher d'eau bouillante

éBcher d'eau bouillante

Une équipe de scientifiques (comme Alvir Champrobacter !) d'une université américaine a découvert dans les années 1960 une première bactérie qui aime vivre dans l'eau chaude. Elle s'appelle Thermus aquaticus. Cette bactérie aime vraiment les conditions extrêmes puisqu’elle vit dans des eaux thermales où la température est supérieure à 70 °C. À titre de comparaison, quand tu ne fais pas de fièvre, ton corps est à 37 °C.



Thermus aquaticusAgrandissementAgrandissement
© Diane Montpetit

Vortex

Vortex

Le vortex est un appareil de laboratoire qui permet d'agiter rapidement les mélanges de liquides ou de solides et de liquides. En touchant la partie de caoutchouc, avec un tube qui contient le mélange à agiter, elle se met à vibrer très rapidement ce qui entraîne la formation d'un tourbillon dans le liquide. Ce tourbillon s'appelle un vortex, d'où le nom donné à l'appareil.



Exemple de vortex.AgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Dossier : Biotraitement de l'eau

Dossier : Biotraitement de l'eau

Pendant le traitement que l'on fait pour rendre l’eau bonne à boire, l'eau peut être nettoyée grâce à un filtre spécial habité par des microbes. Ceux-ci se nourrissent des déchets présents dans l’eau. Ce genre de filtre est dit « biologique » puisque les microbes y sont logés naturellement. Les microbes du filtre ne se retrouvent pas dans l'eau, mais y restent bien accrochés!

L’usine de filtration d’Auteuil (Québec), assainit l’eau usée avant qu’elle ne soit retournée à la rivière. Le schiste, qui est une sorte de roche, sert de filtre. En 1984, l’usine de traitement d’eau de Sainte-Rose (Québec) devenait la première en Amérique du Nord à utiliser la filtration biologique sur un filtre au charbon.



Bactérie filamenteuseAgrandissementAgrandissement
© Usine de traitement de l'eau de Ste-Rose
Filtre de schisteAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima
Usine de traitement biologique de l’eau de Sainte-Rose.AgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima

Dossier : Biotraitement des gaz

Dossier : Biotraitement des gaz

L'essence permet de faire rouler les voitures. Lorsqu'elle est déversée sur le sol, elle devient un polluant pour la terre, mais aussi pour l'air. Cette pollution représente un risque pour la santé. Dans ce cas, on peut appeler les microbes à la rescousse! On utilise un biofiltre pour nettoyer l'air. Ce filtre spécial contient un genre d'éponge qui héberge une grande quantité de microbes capables de manger les polluants gazeux qui circulent à travers elle. L'éponge est composée de compost, de tourbe et de sol contaminé. Pendant le temps que dure la décontamination, on vérifie s'il reste des polluants gazeux dans l'air. À la sortie du biofiltre, l'air est propre à nouveau!



PompesAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima

Question 1 : Comment appelle-t-on les microbes qui vivent dans l’eau et que font-ils?


Question 2 : Comment appelle-t-on les microbes qui vivent dans le sol et que font-ils?


Question 3 : Comment s'appelle le procédé de nettoyage des sols par les microbes?


Bureau d'Alvir

Caillette la vache

Caillette la vache

La vache se nourrit d’herbe qui contient un sucre, la cellulose. Dans ce sucre, il y a de l'énergie. La vache peut digérer l’herbe et en retirer l’énergie qu’elle contient parce que dans son estomac, se trouvent des microbes (bactéries, protozoaires et champignons) qui sont capables de briser la cellulose en très petits morceaux. Endodinium simplex est un exemple de ce genre de microbes. La vache peut alors utiliser les petits morceaux de sucre pour bouger, meugler et brouter! Contrairement à la vache, l'être humain ne peut pas manger de l’herbe pour en retirer de l’énergie, car notre estomac n'est pas adapté à cette nourriture.



Endodinium simplexAgrandissementAgrandissement
© GAILLARD-MARTINIE Brigitte / INRA

Dossier : Insuline

Dossier : Insuline

L'insuline est une hormone. Le travail de l'insuline est de permettre la bonne digestion du sucre et sa transformation en énergie pour les cellules du corps. Les personnes diabétiques doivent s'injecter de l'insuline plusieurs fois par jour pour vivre parce que leurs corps a de la difficulté à en fabriquer. D'où vient donc cette insuline?

Auparavant, on utilisait celle des animaux. Le nombre de cas de diabète augmentant continuellement, les scientifiques ont trouvé une autre façon de produire de l’insuline en grande quantité. Ils ont réussi à transformer des microbes pour leur faire fabriquer de l'insuline humaine! Ces microbes sont des « OGM », des organismes génétiquement modifiés.

Regarde bien le schéma, il montre comment on produit l'insuline humaine à l'aide des microbes. À partir du sang d’une personne en bonne santé, on prend l’information pour fabriquer l’insuline: le gène. On le met ensuite dans un microbe. Avec de la nourriture spéciale, le microbe se multiplie et lorsqu'ils sont très nombreux, ils commencent à produire l’insuline croyant que c’est important pour eux. Quand les microbes ont fini de manger, on garde l’insuline qu’ils ont fabriquée et on la met en bouteille. Les microbes, eux, sont jetés dans une poubelle qui les détruit.



Production d'insuline humaine par les microbes.AgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Dossier : Diabète

èDossier : Diabte

Le diabète est une maladie qui provient de l’incapacité, partielle ou totale, du corps à produire de l’insuline ou d'une difficulté du corps à utiliser l'insuline. Un manque d’insuline entraîne un taux anormalement élevé de sucre dans le sang. Plusieurs personnes diabétiques doivent surveiller leur alimentation, mais certaines d’entre elles doivent aussi s'injecter de l'insuline.

Avant de se faire une injection, les personnes doivent d'abord connaître la quantité de sucre dans leur sang. Pour le faire, elles prélèvent d'abord un échantillon de sang en se piquant le bout du doigt avec un auto piqueur. La goutte de sang est ensuite déposée sur une languette de plastique, qui est insérée dans le glucomètre. Sur l'écran du glucomètre apparaissent des chiffres qui indiquent la quantité de sucre dans le sang. S'il y en a trop, la personne s'injectera de l'insuline. S'il n'y en a pas assez, la personne mangera un peu de sucre. Si la quantité est normale, elle poursuivra ses activités!



Auto piqueur et glucomètreAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Téléphone sans fil

ééTlphone sans fil

Bonjour, le message est pour madame Alvir Champrobacter. Ici la secrétaire du docteur Yvan Lasanté. J'appelle pour confirmer votre rendez-vous avec le médecin, aujourd'hui à 19:00, pour le suivi de votre traitement aux antibiotiques. Veuillez emporter avec vous votre flacon de pénicilline. Merci et bonne fin de journée.



Flacon de médicament

éFlacon de mdicament

Parfois, les bactéries nous rendent malades. Connais-tu un moyen pour aider notre système de défense, le système immunitaire, à combattre les infections bactériennes? Il s'agit des antibiotiques. Les infections bactériennes peuvent être combattues plus efficacement avec les antibiotiques qui sont des produits fabriqués par d’autres microbes, les champignons.

Cette découverte a été faite par hasard par le microbiologiste anglais Alexander Fleming en 1927. Dans une expérience, il remarqua que les colonies de bactéries avaient été contaminées par un champignon nommé Penicillium. Ce champignon produisait une substance toxique pour les bactéries. Il baptisa cette substance « pénicilline ».



Flacon de pénicilline déshydratéeAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Question 4 : Comment s'appelle la substance, fabriquée par les microbes, que les personnes diabétiques doivent s'injecter régulièrement?


Question 5 : Comment s'appelle la substance, fabriquée par des champignons, que le médecin prescrit pour combattre une infection bactérienne?


Question 6 : De quoi se nourrit une vache ? Pourquoi est-elle capable d'en retirer de l’énergie?


Cuisinette

Radio

Radio

Nouvelle de dernière heure: La célèbre Docteure Alvir Champrobacter a été enlevée ce matin par le sinistre professeur O'Djavel. Il la garde prisonnière dans un endroit inconnu. Toute personne pouvant fournir des indices concernant la disparition du Docteur Champrobacter est priée de communiquer avec la station de radio dans les plus brefs délais. De retour à notre programme principal.



Distributeur de savon

Distributeur de savon

Les microbes sont présents de façon naturelle sur la peau et dans certaines parties du corps humain, dont les intestins. La peau est une barrière qui empêche les microbes d'entrer dans l'organisme. Une blessure devient une porte d'entrée pour les microbes, qui peuvent causer une infection. Se laver les mains régulièrement est un bon moyen de prévenir les infections.

Lorsqu’ils sont contrôlés, par une bonne hygiène par exemple, et qu’il y a un équilibre entre eux, les microbes sont généralement inoffensifs, c'est-à-dire sans danger pour la santé. Ils assurent une certaine protection par leur simple présence, empêchant les microbes qui nous rendent malades, ou pathogènes, « d’occuper le terrain ».

De tous les organes du corps humain, le gros intestin est celui qui contient le plus de microbes. Il en contient des milliards! Ces microbes ont un travail bien précis à faire: finir la digestion des aliments que nous mangeons pour que les éléments nutritifs entrent dans notre corps pour le nourrir.



PeauAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Affiche

Affiche

Si la majorité des microbes ne sont pas pathogènes, certains d'entre eux peuvent nous rendre malades s'ils réussissent à aller là où ils n'ont pas d'affaire! Par exemple, après être allé aux toilettes, il est important de se laver les mains pour éviter que des microbes qui ont leur place dans les intestins ne se retrouvent... dans la bouche! Aussi, il faut se laver les mains avant de manger pour se protéger soi-même, mais également lorsqu'on est enrhumé afin de protéger les autres. De l'eau tiède et un peu de savon sont très efficaces pour éliminer les microbes indésirables. On mouille, on frotte, on rince le temps de chanter « Bonne fête » et le tour est joué. Et toi, as-tu lavé tes mains?



HygièneAgrandissementAgrandissement
© Musée Armand-Frappier

Sandwich au fromage

Sandwich au fromage

Pour fabriquer du pain le boulanger doit mélanger de la farine, de l’eau et du sel, mais il doit également ajouter un ingrédient qui permettra à la pâte de lever ou de gonfler. Il s’agit généralement de la levure Saccharomyces cerevisiae. Les Égyptiens de l'Antiquité auraient été les premiers à produire du pain. À cette époque, on préparait deux sortes de pain : du pain plat, similaire aux tortillas mexicaines et du pain gonflé, l’ancêtre de notre pain actuel. L'ingrédient qui faisait lever la pâte s'appelait le levain, qui est parfois encore utilisé de nos jours. Le levain était constitué d'un mélange de farine, de levures et de bactéries lactiques. En se multipliant, les microbes produisaient le gaz qui faisait lever la pâte, mais on ne savait pas qu'ils en étaient responsables.

Quant à la fabrication du fromage, elle comporte trois étapes : le caillage, l’égouttage et l’affinage. Le caillage implique souvent des bactéries lactiques et l’affinage est généralement réalisé par des bactéries, des moisissures et même des levures. Voilà pourquoi les microbes sont considérés comme les indispensables de la fabrication du fromage!



Pain croûté.AgrandissementAgrandissement
© Ian Button
Fromage mozzarella.AgrandissementAgrandissement
© Photo courtesy PDPhoto.org

Levures à pain

àLevures  pain

Le pain est fabriqué par les levures, qui se nourrissent du maltose (sucre) que contient la farine. Les levures transforment le sucre en alcool et en gaz carbonique, le CO2, qui fait gonfler le pain. Ce procédé s’appelle la « fermentation alcoolique ». Pour fabriquer du pain :

a) Mélanger tous les ingrédients: la farine, l'eau, le sel et la levure.

b) Pétrir la pâte pour mettre en contact tous les ingrédients.

c) Laisser reposer la pâte pour permettre la multiplication des levures et le gonflage du pain avant la cuisson.

d) Cuire la pâte pour tuer les levures et évaporer l'alcool.

e) Bon appétit!



Saccharomyces cerevisiaeAgrandissementAgrandissement
© Lallemand

Camembert

Camembert

Le fromage est fabriqué en plusieurs étapes. D'abord, la présure, les bactéries lactique, ou les deux font cailler le lait. Cette première étape produit une pâte plus ou moins ferme. L’égouttage permet ensuite d’enlever le liquide. L’affinage est l’étape finale, qui donne au fromage ses caractéristiques. Les microbes utilisés au cours des différentes étapes produisent de l'acide lactique à partir du lactose, le sucre présent dans le lait. Ce procédé s'appelle la « fermentation lactique ».



Penicillium roquefortiAgrandissementAgrandissement
© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.

Yogourt

Yogourt

Pour fabriquer du yogourt, on a besoin des lactobacilles et des streptocoques thermophiles (qui aiment la chaleur) et du lait. En chauffant un peu le lait, ces bactéries fermentent le lactose (sucre) qu'il contient et le transforment en yogourt. Les bactéries produisent de l'acide lactique ce qui donne le goût légèrement acide. Ces deux bactéries ne sont pas les seules présentes dans le yogourt. Il peut y en avoir d'autres qui produiront des goûts et textures légèrement différents. Les saveurs, les fruits, le miel et les noix sont ajoutés après la fermentation.



Lactobacilles sur un filtre.AgrandissementAgrandissement
© Miloslav Kalab, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa

Kéfir

éKfir

Le kéfir est un lait fermenté. Certaines bactéries et levures fermentent le lactose (sucre) présent dans le lait. Ces microbes, toujours vivants dans le produit final, continuent à produire du gaz, le CO2. Lorsqu'on boit le kéfir, il pétille sur notre langue, à cause du gaz, comme avec une boisson gazeuse.

Chaque pot de kéfir contient plusieurs millions de microbes. Certains sont appelés « probiotiques ». Cela signifie qu'ils sont bons pour la santé puisqu'ils contribuent à maintenir l’équilibre microbien du tube digestif.

Le schéma montre la fabrication du kéfir. On produit d'abord la « culture mère ». Pour ce faire, on ajoute les grains de kéfir dans une petite quantité de lait. Pendant 24 heures, les bactéries et les levures présentes dans les grains se multiplient et fermentent le lait qui change alors de texture. Les grains les plus gros sont retirés et la culture mère, très active, est alors utilisée pour inoculer une plus grande quantité de lait. Après cette deuxième fermentation, le kéfir est transféré dans les pots individuels qui sont vendus à l'épicerie.



Étapes de fabrication du kéfir.AgrandissementAgrandissement (85Ko)
© Musée Armand-Frappier
Grains de kéfirAgrandissementAgrandissement
© Ross McKay


Question 8 : Question: Peux-tu nommer deux aliments fabriqués par des microbes depuis très longtemps?



Validation de l'hypothèse: Qu'arriverait-il si on détruisait tous les microbes qui vivent sur la Terre?

A) « On détruirait toute forme de vie sur la Terre ».

Les microbes sont des êtres vivants dont la grande majorité est utile aux êtres humains. Les algues, virus, bactéries, champignons, levures, moisissures et protozoaires sont naturellement présents dans notre environnement. Ils vivent dans la terre, dans l’eau, dans l’air, sur et dans notre corps et celui des animaux. Ils contribuent à l’équilibre écologique de la planète en transformant ou en éliminant plusieurs déchets et polluants que l’être humain rejette dans l’environnement. Ils sont nécessaires à la croissance des plantes et donc aux herbivores, qui se nourrissent de végétaux. Ils servent de nourriture aux poissons, dont les animaux et les êtres humains se nourrissent également. Ainsi, les levures et les bactéries lactiques sont utilisées depuis plus de 2000 ans pour la production de nourriture destinée aux êtres humains et aux animaux. Plusieurs autres espèces de microbes nous rendent de grands services en produisant les antibiotiques, par exemple, ou en contribuant au bon fonctionnement de plusieurs organismes, dont l’être humain, au niveau de la digestion des aliments.

Les microbes sont très anciens. Ils ont survécu grâce à leur très grande capacité d’adaptation. Ils sont capables de vivre dans toutes sortes d’environnements où l'être humain ne pourrait pas vivre : température de plus de 100 °C, glace ou absence d’oxygène, etc. D’ailleurs, les microbes sont capables de nettoyer les « nouveaux environnements » créés par la pollution. Certains d'entre eux nous rendent malades, il est vrai, mais nous avons un outil bien pensé pour les combattre : notre système immunitaire. Il vaut mieux prendre soin de lui plutôt que de penser à inventer une machine, aussi perfectionnée soit-elle, qui détruirait TOUS les microbes. En faisant cela, on détruirait la vie sur la Terre.



Réponse 1 : Comment appelle-t-on les microbes qui vivent dans l’eau et que font-ils?

A) Des décomposeurs utiles. Ils nettoient l'eau.

Réponse 2 : Comment appelle-t-on les microbes qui vivent dans le sol et que font-ils?

A) Des micro-recycleurs. Ils nettoient la terre en faisant du recyclage.

Question 3 : Comment s'appelle le procédé de nettoyage des sols par les microbes?

B) La biorestauration.
 

Réponse 4 : Comment s'appelle la substance, fabriquée par les microbes, que les personnes diabétiques doivent s'injecter régulièrement?

A) L'insuline.

Réponse 5 : Comment s'appelle la substance, fabriquée par des champignons, que le médecin prescrit pour combattre une infection bactérienne?

B) La pénicilline.

Réponse 6 : De quoi se nourrit une vache ? Pourquoi est-elle capable d'en retirer de l’énergie?

B) Elle mange de l'herbe. À cause des microbes qui vivent dans son estomac.
 

Réponse 7 : Quel est le rôle des bactéries du gros intestin ?

B) Ces bactéries servent à la digestion de la nourriture.

Réponse 8 : Question: Peux-tu nommer deux aliments fabriqués par des microbes depuis très longtemps?

A) Le pain et le fromage.

Réponse 9 : Avec quoi fabrique-t-on le yogourt?

B) Avec du lait et des bactéries lactiques.